Critique : Plan 9 from Outer Space

Baptiste 24 mai 2012 0
Critique : Plan 9 from Outer Space

Réalisateur : Edward D. Wood Jr.
Acteurs : Tom Keane, Tor Johnson, Vampira, Bela Lugosi
Genre : Science-Fiction, Fantastique
Année de production : 1958
Date de sortie en France : 6 Septembre 1995
Pays de production : États-Unis
Durée : 1h19
Classification : Tout public

Film le plus connu de la vie du réalisateur Edward D. Wood Jr., Plan 9 from Outer Space est un ovni cinématographique représentant à lui-seul tout ce que les cinéastes doivent éviter. Devenu culte, ce film mélange incohérences, faux-raccords et effets spéciaux ridicules le tout en seulement 1h19 ! Chapeau Ed Wood, nous n’en demandions pas tant.

Synopsis : Des extraterrestres appliquent le plan 9 destiné à manœuvrer les Terriens. Plan diabolique, il consiste en la résurrection des morts en introduisant des électrodes à longue portée stimulant la glande pinéale de cadavres récemment enterrés.

Affiche du film "Plan 9 From Outer Space"L’histoire de la fabrication de ce film tient encore plus du surnaturel que le film en lui-même : cherchant à financer son film, Ed Wood s’est tourné vers une église Baptiste afin de récolter les 60.000$ nécessaires à sa création. En contrepartie, toute l’équipe du film a dû se faire baptiser… Ed Wood était vraisemblablement prêt à toutes les concessions pour voir son film aboutir. Si ce n’est pas de la dévotion à l’art du Cinéma, je ne sais pas ce que c’est.

Il faut dire que le film est avant tout un projet très sérieux. Ed Wood était convaincu que personne ne comprenait son immense talent… à tort ! Et oui, parce que même si le film est un nanar complet, Plan 9 from Outer Space est devenu une légende à travers les décennies. Qualitativement et quantitativement le film surpasse tous les autres en termes de technique ultra cheap.

En effet, on ne compte plus les  incohérences multiples qui garnissent le film : une alternance jour/nuit sans raison apparente, mélange d’images d’archives de guerre et de séquences tournées en studio, des soucoupes volantes ressemblant plus à des plats à tartes qu’autre chose tenues par des fils visibles à l’œil nu… Les extraterrestres ne sont pas en reste puisque eux aussi jouissent d’une liberté prise assez incroyable. Ce ne sont pas des petits hommes verts avec 3 antennes, non, ce sont des humains parlant un anglais parfait utilisant des objets de notre temps : des chaises, bureaux, lampes, radios… Grandiose. Les dialogues, eux aussi, mêlent incohérence et contradiction sans que cela ne puisse gêner personne. Ces répliques feraient pâlir de jalousie Quentin Tarantino, à n’en pas douter.

Tout l’univers absurde se résume à travers le casting. Après la mort de la star principale, Bela Lugosi, Ed Wood décida quand même d’implanter dans son film les essais filmés auparavant avec lui, pour seulement quelques minutes de film. Seulement il fallait quelqu’un pour le remplacer. Il jeta alors son dévolu sur le chiropracteur de sa femme qui était beaucoup plus jeune et plus grand de 20 centimètres. Malgré cela, Ed Wood lui trouva une ressemblance quasi-parfaite. Pour ne pas révéler la supercherie, le réalisateur décida de lui faire couvrir son visage tout le long du film et de le garder muet. Autre élément du casting qui vaut le détour c’est l’embauche d’une ex-présentatrice TV de film d’horreur et, plus amusant, d’un catcheur Suédois du doux nom de Tor Johnson dans le rôle d’un mort-vivant.

Film devenu au cours des années un mythe, Plan 9 from Outer Space est assurément le nanar de science-fiction par excellence où se mêlent aisément absurde et génie du genre.
Le film étant libre de droits aux États-Unis il est disponible gratuitement ici ou encore ici. Avis aux fans du genre bizarre!

 

Tu as aimé l'article ? Rejoins-nous sur Facebook et Twitter !

Laissez un commentaire »