Critique : RoboCop

Julien 9 février 2014 0
Critique : RoboCop

Réalisateur : José Padilha
Acteurs : Joel Kinnaman, Gary Oldman, Michael Keaton
Genre : Science-Fiction
Sortie française : 5 février 2014
Pays de production : USA
Durée : 1h57
Classification : Aucune

Les remakes sont toujours bien ancrés dans le paysage cinématographique mondial. Une des dernières franchises à n’avoir pas eu droit à son remake est celle de RoboCop. C’est désormais chose faite, avec à la baguette José Padilha aidé par la coquette somme de 100 millions de dollars.

Synopsis : Les services de police inventent une nouvelle arme infaillible, Robocop, mi-homme, mi-robot, policier électronique de chair et d’acier qui a pour mission de sauvegarder la tranquillité de la ville. Mais ce cyborg a aussi une âme…

Robocop Version 2014

Robocop Version 2014

Et bien RoboCop version 2014 n’est pas le naufrage attendu ! En effet le réalisateur offre un remake intelligent et qui a du sens. Ce n’est pas un de ces remakes qui n’apportent strictement rien de neuf. L’œuvre originale de 1987 par Paul Verhoeven, considérée comme l’un des piliers de la science-fiction, est respectée. Les principales thématiques de l’original ainsi que son propos très politisé sont conservés mais réactualisés pour notre époque. L’influence et la manipulation des média (avec comme figure de proue un Samuel L. Jackson toujours impeccable), l’homme face à la machine etc. Là où il se démarque de son prédécesseur c’est dans sa dimension émotionnelle : RoboCop a famille et bien qu’il soit robotisé, il a des émotions.

Mais l’objectif principal du film est avant tout d’offrir du spectacle au public et de ce côté-là, on trouve ce qu’on était venu chercher : des explosions, des effets spéciaux très bien réalisés et de l’action.

Le look de RoboCop a aussi changé : dans un premier temps, le prototype fait un clin d’œil à l’original en reprenant peu ou prou la même armure. Mais dans sa version finale, il a une armure noire faisant plus penser à The Dark Knight ! Mais son âme elle n’a pas changé : il est toujours aussi « badass », intraitable, sans pitié et violent. Par ailleurs il est quasi indestructible ce qui a tendance à enlever tout suspens…

Une bonne dose d'action !

Une bonne dose d’action !

Du côté du casting, on retrouve de grosses pointures telles que Gary Oldman parfait dans son rôle de scientifique protecteur ainsi que Michael Keaton dans le rôle d’un chef d’entreprise. Mais le rôle principal est tenu par Joel Kinnaman qui ne convainc pas. Son jeu est plat, ce qui serait parfait pour un robot, mais pendant les quelques séquences d’émotions il est totalement inexpressif. Du coup le film fait doit utiliser les gros violons pour faire naitre l’émotion et tout ça à tendance à alourdir le récit.

Un androïde qui a aussi des sentiments

Un androïde qui a aussi des sentiments

L’intrigue est assez pauvre et vite expédiée, le tout dans un univers de manipulation politico-industriel déjà vu mille fois au cinéma. Et c’est là que le bât blesse. Car autant il est réussi visuellement, autant scénaristiquement c’est bien pauvre. Tout ça ajouté à quelques baisses de rythme qui jalonnent le film, on arrive à s’ennuyer par moment et à se désintéresser presque du héros.

En bref on est face à un remake de bonne facture, qui offre son lot de spectacle mais qui ne marquera pas autant les esprits que son illustre prédécesseur. Un petit plaisir sur le moment en somme, mais pas sûr que ça aille au-delà.

Tu as aimé l'article ? Rejoins-nous sur Facebook et Twitter !

Laissez un commentaire »